mardi 22 octobre 2019

Le phénomène Downton Abbey (2/2)

photo DA

    La sortie au cinéma le 25 septembre 2019 en France de la série événement Downton Abbey a été l’occasion de rédiger un article à ce sujet. Plus précisément, on retrouve deux articles puisque j’ai choisi de séparer les coulisses de tournage (intrigues…) des personnages. Je parle ici d’une série dont j’ai vu tous les épisodes. Pour tout avouer, je les enchaînais les uns à la suite des autres, tellement j’étais impatiente de connaître la suite de l’histoire. Lorsqu’on accroche à n’importe quelle série (je crois que c’est comme ça qu’on dit), on peut visionner deux ou trois épisodes dans sa soirée et recommencer le lendemain.

     A propos des personnage qui ont fait rythmer cette série, je choisis de commencer par présenter la famille en elle-même puis les domestiques qui ne sont pas en reste en ce qui concerne les histoires en tous genres (peines de coeur, trahisons…)

La famille Crawley 

   personnage Cora Crawley 

    Je ne peux pas évoquer cette saga familiale sans commencer par parler du couple Crawley. Robert Crawley (incarné par Hugh Bonneville) dit Lord Grantham passe toute sa vie à protéger le domaine de Donwton Abbey de toutes les crises qu’il traverse. A l’origine, le mariage avec Cora est un mariage arrangé mais il ne lui faut pas longtemps pour qu’elle fasse fondre son coeur. Avec elle, il a trois enfants mais aucun ne peut prétendre au titre d’héritier puisque ce sont trois filles. Quant à Cora Crawley (incarnée par Elizabeth MC Govern), elle est la fille d’une richissime couturière américaine. Elle devient Mrs Crawley peu de temps après son arrivée en Angleterre. Elle aussi gère les situations difficiles mais sa préocuppation est le destin de ses filles.

  

     Les trois filles du couple se prénomment Edith, Sybil et Mary. Concernant Edith (incarnée par Laura Carmichael), elle est la soeur effacée qui n’attire pas les convoitises contrairement à sa soeur aînée avec laquelle elle est souvent en conflit pour des histoires d’amour. Quant à Sybil (incarnée par Jessica Brown-Findlay), elle a des idées bien arrêtées sur la condition de la femme qui doit s’émanciper, ce qui a le don de créer des heurts avec sa famille. Il en est tout autrement pour Mary (incarnée par Michelle Dockery), l’aînée de la famille. Elle se montre souvent froide, insensible et mystérieuse mais c’est sa façon à elle de se protéger.

     La saga Downton Abbey tourne autour de ce noyau familial composé du couple et de ses trois filles mais d’autres personnages prennent part eux aussi aux intrigues.

 

  

     Je commence avec Violet Crawley (incarnée par Maggie Smith) qui n’aime pas la propriété de Downton Abbey alors qu’elle en incarne toutes les valeurs. Elle n’est autre que la mère de Robert à qui elle voue une admiration sans bornes, contrairement à sa belle-fille Cora dont les réflexions acerbes ont pour effet de créer des tensions. Quant à Isobel Crawley (incarnée par Penelope Wilton), elle s’installe au domaine de Downton Abbey lorsque son fils y arrive. Elle ne partage pas toujours les opinions de Violet, ce sont tout simplement deux femmes au caractère bien trempé. En ce qui concerne Matthew Crawley (incarné par Dan Stevens), il n’est autre que le fils d’Isobel. C’est en arrivant à Downton Abbey qu’il découvre un monde qui lui est inconnu, entre aristocratie qui ne travaille pas pour gagner sa vie (contrairement à lui) et domestiques qui se plient en quatre pour satisfaire le maître de maison. Je clos ce chapitre sur la famille Crawley en mettant en avant le personnage de Martha Levinson (incarnée par Shirley Mac Laine) qui n’est autre que la mère de Cora. Elle est très en vue socialement parlant à New-York où elle possède des maisons. Elle embarque pour Londres avec sa fille qu’elle espère bien marier.

Les domestiques

    La série Downton Abbey ne serait pas ce qu’elle est sans la présence des domestiques qui rythment également la vie dans cette propriété. Chaque personnage a sa propre histoire, travaille ou non depuis longtemps pour la famille… Voici une présentation des domestiques qui mettent tout en oeuvre pour satisfaire le maître de maison.

  

    L’un des personnages les plus importants est celui de Charles Carson (incarné par John Carter) qui est le majordome régissant le domaine et s’occupant du personnel masculin. Il travaille pour la famille depuis toujours et, comme lui-même n’a pas fondé sa propre famille, il est profondément dévoué aux membres Crawley. Quant à Sarah O’Brien (incarnée par Siobhan Finneran), elle est la femme de chambre de Cora. Elle est présentée comme une femme froide et impitoyable or, quand il s’agit de Cora, elle lui est très fidèle. Quant à Thomas Barrow (incarné par Rob James-Collier), il est le valet de pied. Il n’hésite pas à faire usage de coups bas pour écarter tous ceux qui se trouvent sur son chemin. Rien ni personne ne doit contrarier ses ambitions.

  

   Je poursuis dans ma lignée avec le personnage d’Anna Smith (incarnée par Joanne Froggat) qui gère le travail des autres femmes de chambre, en plus de s’occuper des trois filles. Elle est très attachée à Mary dont elle devient la femme de chambre attitrée. Elsie Hughes (incarnée par Phyllis Logan) est quant à elle l’équivalent féminin de Charles Carson.  C’est elle qui s’occupe du personnel féminin. Elle se montre parfois sévère mais c’est toujours à juste titre. Elle aussi est attachée à cette famille. Pour John Bates (incarné par Brendan Coyle), il est le valet de chambre de Robert Crawley qui l’a engagé alors qu’ils ont été compagnons d’armes. Cette relation privilégiée attise la jalousie de certains membres du personnel. Mais sa gentillesse et sa loyauté ont le don d’apaiser quelque peu les tensions.

  

    Voici d’autres membres du personnel. Ethel Parks (incarnée par Amy Nuttall) entre bien plus tard au service de la famille. Elle ne supporte pas que quelqu’un lui dise quoi faire du coup, elle aspire à ce que les rôles soient inversés. Contrairement à Ethel, William Mason (incarné par Thomas Howes) est fier de travailler pour une famille aussi aisée que les Crawley, lui qui a vécu dans une ferme. Etre valet de pied est une véritable opportunité pour lui. Pour ce qui est de Jane Moorsum (incarnée par Clare Calbraith) elle commence à travailler pour la famille en tant que femme de chambre à partir de 1917. Cet emploi lui permet de subvenir aux besoins de son fils.  Elle reste au service de Donwton Abbey jusqu’en 1919.

  

     Je conclus ma série avec ces derniers personnages qui ont également un rôle à jouer au sein de la famille. May Bird (incarnée par Christine Lihr) est une cuisinière qui a travaillé au service d’Isobel et de son fils avant de les suivre jusqu’à Downton Abbey. Nanny West n’apparait que pour la saison 4. Elle prend son travail de nourrice très à coeur. Quant à Septimus Spratt (Jeremy Twift) il est le maître d’hôtel de Violet Crawley. Il n’apparait également qu’à partir de la saison 4.

      Cette présentation des personnages complète la première partie consacrée à l’univers propre de Donwton Abbey. Avant de voir le film, une petite lecture de ces deux articles et tout le monde saura qui fait quoi.

mercredi 16 octobre 2019

Le phénomène Downton Abbey (1/2)

     A l’occasion de la sortie au cinéma du film Downton Abbey, j’ai eu envie de retracer l’histoire de ce qui était d’abord une série télévisée dont le succès fut immédiat. A la fin de chaque épisode, le téléspectateur avait envie de connaître la suite des événements. Il a été tenu en haleine pendant six saisons. J’ai choisi de diviser mon article en deux parties, autrement dit l’histoire en elle-même plus quelques anecdotes et les nombreux personnages.

     La série Downton Abbey qui apparaît sur les écrans en 2010 nous entraîne dans la famille Crawley entourée de leurs domestiques. Le titre fait référence à la propriété dans laquelle vit cette famille dans les années 1900. En 1912, le paquebot Titanic fait naufrage. Robert Crawley, comte de Grantham, son cousin James et son fils Patrick périssent dans la catastrophe. Ces morts mettent en péril l’héritage de la famille Crowley puisqu’il n’y a plus d’héritier masculin.

    La propriété dans laquelle vit la famille Crawley se situe dans le nord du Hampshire. En effet, la série a été tournée au château de Highclere qui compte 450 hectares. L’architecte à l’origine de ce château a également réalisé un monument beaucoup plus célèbre que celui-ci : il s’agit du palais de Westminster. Dans la vraie vie, les appartements des domestiques et les salons et autres grandes pièces des châtelains sont communicants. Par exemple, le thé préparé dans la cuisine est amené sur la petite table du salon. L’équipe de Downton Abbey a dû improviser concernant ces scènes. En effet, les scènes des domestiques ont été tournées dans le studio de Ealing situé à 95 kilomètres. Il peut s’écouler deux semaines de tournage entre la préparation d’un repas et le service à table.
   En ce qui concerne les scènes extérieures, elles ont été tournées dans le village de Bampton dans l’Oxfordshire, dans les Cotswolds, une chaîne de collines du sud-ouest de l’Angleterre ainsi qu’en Ecosse.

 

  

    

     Concernant la première saison qui compte 7 épisodes, elle ouvre les portes du domaine et nous familiarise avec la famille Crawley. Comme on dit, elle plante le décor. Cette saison démarre également avec le naufrage du Titanic évoqué plus haut et s’étend jusqu’à la première guerre mondiale.

     Concernant la deuxième saison qui compte 9 épisodes, elle s’étend sur presque 3 années. La famille passe ainsi les fêtes de Noël au domaine tandis que la guerre fait rage et que différents protagonistes vont être mis à rude épreuve. Il faut quand même préciser que le domaine est alors transformé en maison de convalescence afin d’accueillir les blessés de guerre.

     Concernant la troisième saison qui compte 9 épisodes, elle s’étend sur une période relativement courte (de mars à août 1920). Cette fois-ci, on change de décor puisque la famille va passer une partie de son temps en Ecosse tandis que les domestiques restent à Downton Abbey sous l’autorité du majordome. Les romances, trahisons et peines de coeur rythment cette saison.

     Concernant la quatrième saison qui compte 9 épisodes, elle s’étend de février 1922 à l’année 1923. Cette saison est, à mon sens, la plus riche en événements touchant de près les personnages. Chacun va être confronté à une situation à laquelle il doit réagir. Même les domestiques ne sont pas exclus de ces mauvaises passes.

     Concernant la cinquième saison qui compte 9 épisodes, elle ne traverse que l’année 1924. Cette saison est un écho à la révolution russe de 1917 où la Grande-Bretagne voit débarquer des réfugiés issus du monde aristocratique.

     Concernant la sixième saison qui compte 9 épisodes, elle clôt le chapitre Downton Abbey en 1926.

    Je trouvais intéressant de remettre en avant cette série adaptée au cinéma et dont les acteurs reprennent leur rôle. De nombreuses séries ont été adaptées au cinéma comme L’Agence Tous Risques ou Starsky et Hutch or les films sont sortis au cinéma de nombreuses années après la diffusion de la série, ce qui est loin d’être le cas pour Downton Abbey.

samedi 12 octobre 2019

Mes prochaines lectures pour la fin d’année 2019

    Une amie de ma mère a su tout récemment que je passais beaucoup de temps à lire. Je lis le soir avant de me coucher, parfois même avant de manger. Quand un livre me passionne vraiment et que je suis prise dans le feu de l’action, je me dis que je vais lire encore une ou deux pages avant de refermer le livre. Le plus souvent, les deux pages se transforment en une bonne dizaine. Donc, quand cette amie a su que j’étais une passionnée de lecture, elle est venue à la maison avec un sac contenant six livres. Je n’en ai lu aucun, ça tombe bien. Je connais parfois l’auteur de nom, parfois je ne connais pas du tout mais ce sera intéressant de découvrir de nouveaux univers. Je termine mes livres empruntés puisqu’il y a une date de rendu (il me reste un roman policier bien entamé avec un personnage du genre de Miss Marple et un roman jeunesse sur l’impressionnisme). Je ne sais pas encore par lequel je commencerai.

  

    Le premier livre écrit par Aurélie Valognes s’intitule “Mémé dans les orties”. En résumé, Ferdinand Brun, vieux monsieur bougon qui passe son temps à embêter ses voisins, perd sa chienne Daisy. Il est dévasté. Juliette, une fillette, et sa grand-mère Béatrice, 93 ans et passionnée d’informatique, vont le forcer à se remettre d’aplomb et à changer.
    Le livre paru en 2014 a rencontré un franc succès. Aurélie Valognes née à Châtenay-Malabry en 1983 a écrit d’autres romans dont “En voiture, Simone” (2016), “Minute papillon” (2017), “Au petit bonheur la chance” (2018), “La cerise sur le gâteau” (2019).

 

     Le second livre écrit par Frédérique Deghelt s’intitule “La nonne et le brigand”. En résume, alors qu’elle se jette dans une relation passionnelle avec Pierre, un homme rencontré dans un aéroport, Lysange est invitée par un inconnu à venir s’installer dans sa cabane du Cap-Ferret. Dans la bibliothèque, elle trouve le journal de soeur Madeleine dont le coeur était partagée entre la foi et l’amour d’un homme…
      Le livre paru en 2011 ne raconte pas une mais deux histoires d’amour séparées par le temps. Concernant l’auteure, elle vit à Paris. En plus de son métier de journaliste, elle se consacre à l’écriture à temps plein depuis 2009.

 

    Le troisième livre écrit par Didier van Cauwelaert s’intitule “Jules”. En résumé, Alice, 30 ans, recouvre la vue. Pour son chien Jules qui n’est autre que son guide, c’est une catastrophe. En plus, on les sépare. Mais ce chien roublard qui veut retrouver sa fierté a plus d’un tour dans son sac…
      Didier van Cauwelaert est né à Nice en 1960 d’une famille d’origine belge. Il publie son premier roman à l’âge de 22 ans. Ce roman Jules paru en 2015 s’inscrit dans une série parmi une vingtaine de romans ainsi que plusieurs pièces de théâtre et spectacles musicaux. Autant dire un auteur prolifique qui n’accède pas à la place des Immortels (surnom des membres de l’Académie française).

 

    Le quatrième livre écrit par K.C. McKinnon s’intitule “Les amants du lac”. En résumé, Maggie McIntyre a 46 ans. Après 20 ans de mariage, son mari la quitte pour une gamine qui pourrait être leur fille. Abasourdie, elle part se ressourcer sur les lieux de sa jeunesse lorsqu’elle était serveuse au Harvest Moon 25 ans plus tôt…
   Derrière le pseudonyme de K.C. McKinnon se cache Cathie Pelletier, une auteure-compositrice et romancière primée née en 1953 dans le comté du Maine. Ce livre paru en 1997 suit une série de six romans et d’un recueil de poésies publiés sous son vrai nom.

 

     Le cinquième livre écrit par Danielle Stelle s’intitule “Souvenirs d’amour”. En résumé, Rome est libérée en 1945 de Mussolini, pas les soldats. La princesse Serena di San Tibaldo a tout perdu et en est réduite à cirer les parquets du palais familial, réquisitionné par les officiers américains. Parmi eux se trouve le commandant Brad Fullerton qui lui offre son amour et un nouveau départ. Mais, à New-York, ses titres de noblesse ne valent plus rien. Qu’importe, Serena est heureuse. Il ne lui reste plus qu’à apprivoiser ce nouveau monde…
     Ce roman paru en 1983 a été écrit par Danielle Steel, romancière née en 1947 qui s’est spécialisée dans les romans d’amour traduits en 43 langues et diffusés dans 69 pays.

 

     Le sixième et dernier roman écrit par Anny Duperey s’intitule “Je vous écris…” En résumé, du drame de son enfance, la comédienne a donné un livre plein de détresse et d’honnêteté : Le voile noir. Emus et reconnaissants, les lecteurs lui ont offert les plus belles lettres d’admiration qu’on puisse imaginer. Bouleversée par leurs témoignages, elle rend hommage dans ce livre-réponse à tous ces anonymes qui l’ont aidée à se reconstruire…
     Anny Duperey est une actrice et romancière née en 1947 à Rouen. Elle a fait les belles heures de la série télévisée Une famille formidable en interprétant le rôle de Catherine Beaumont aux côtés de Bernard Lecoq.

   J’ai fini de présenter les livres qui m’attendent pour mes soirées d’hiver, un plaid sur les jambes et un coussin sur lequel poser ma lecture ( tout pour se sentir bien). Parmi cette sélection, je connaissais Aurélie Valognes et Didier van Cauwelaert juste de nom. Quant à Anny Duperey, je sais qu’elle écrit mais je la connais davantage pour son rôle de sous-préfète dans la série télé Chère Marianne qui a duré 3 ans.

mardi 8 octobre 2019

Créativa 2019 (2/2)

    Je ne romps pas avec la tradition, je veux dire que mes articles sur Créativa sont toujours coupés en deux parties. La première partie est consacrée au salon avec son lot d’expositions, de défilés… Quant à la deuxième partie, elle est consacrée aux achats effectués lors de cette journée. J’ai été assez raisonnable cette année si je ne compte pas le plus gros achat. Mais comme il compte, on va dire que j’ai fait un gros extra. Allez, c’est parti pour un petit aperçu de mes trouvailles.

 

     Je commence avec ce lot de rubans et de boutons. Ce stand est présent à toutes les éditions (en tout cas il est là à chaque fois que j’y vais et était également présent à Deauville pour le même salon). Il vend essentiellement des rubans à acheter déjà coupés comme ceux-ci ou à la découpe. Je vois très bien le ruban vichy rose sur une broderie pour apporter une touche de délicatesse. L’autre ruban est un peu plus travaillé. Quant aux boutons, j’achète de temps en temps des lots comme ces fraises qui sont au nombre de six. Pour ce qui est du petit bonhomme en rouge, il ressemble étrangement à un Kiki, un petit singe que l’on trouve toujours dans le commerce. J’ai payé 3,50 € au total, autrement 1 € pour chaque ruban, 1 € pour le lot de botons et 50 centimes pour le petit singe.

 

      Je poursuis avec ces serviettes vendues individuellement. De même que pour le premier stand, ce second stand tenue par une femme charmante est présent à toutes les éditions. A l’origine, ces serviettes peuvent être utilisées pour décorer des objets bruts comme des pots, des boîtes, que sais-je encore. D’ailleurs, on trouve des serviettes dans les magasins de loisirs créatifs à côté des feuilles de la marque Décopatch. J’ai déjà acheté des serviettes représentant Audrey Hepburn. J’ai payé 1 € pour chacune des serviettes. Certes ce n’est pas donné mais j’ai vraiment craqué pour ces modèles qui me rappellent le calendrier de l’Avent édition prestige chez Nocibé ou l’univers de Megan Hess. Si vous ne connaissez pas cette auteure, je vous laisse découvrir ces illustrations à travers ce lien de mon blog  :  https://blogdemissidees.blogspot.com/2018/12/la-haute-couture-italienne-par-megan.html.

     Pour mon troisième achat, je ne peux m’empêcher de tout regarder sur ce stand qui tient sur une bonne longueur. D’ailleurs, les visiteurs attendent les uns derrière les autres pour voir ces petites merveilles. Là, il y en a vraiment pour tous les goûts. Lors d’une précédente visite, j’avais acheté deux stylos ainsi qu’un collier à créer soi-même. Cette année, j’ai orienté mon choix en lien avec une des mes passions qui est la lecture. J’ai acheté ces signets (l’équivalent du marque-page) avec un couleur or et un couleur argent. Puis j’ai acheté un médaillon avec une chaussure et un chapeau qui rappellent l’univers très féminin des serviettes. A l’heure où je publie cet article, tout est déjà assemblé. Je n’ai pas encore utilisé un des signets mais ça ne saurait tarder.

 

     Lorsque je vais à Créativa, je fais le tour de tous les stands. Et pour être certaine de n’en manquer aucun, je suis les allées dans l’ordre. Je suis tombée sur ces breloques trop mignonnes. Ce chat dans la tasse qui était disponible en plusieurs coloris m’a fait penser à une pochette que je dois coudre avec un chat qui se prélasse dans un panier. J’ai également pris cette petite machine à coudre rose très clair. J’ai payé 1,50 € les deux.

      Si vous me suivez depuis assez longtemps sur mon blog, vous savez que le site et la boutique Les Brodeuses Parisiennes proposent de véritables pépites en ce qui concerne la broderie. Tous les modèles sont raffinés avec parfois une touche d’humour. J’ai craqué pour ce torchon constitué d’une bande à broder. Je l’ai acheté au stand Homo Roussel, une maison fondée en 1864 et qui a une boutique dans le centre-ville de Rouen. D’ailleurs, cette mercerie qui était spécialisée dans les tailleurs à sa création est considérée comme l’une des plus anciennes de la ville de Rouen. Si vous voulez un petit aperçu, je vous mets ici le lien de mon blog pour Les Brodeuses Parisiennes (https://blogdemissidees.blogspot.com/2018/02/les-brodeuses-parisiennes.html).

 

     Je continue mon tour des achats avec ce tableau en strass. J’en ai réalisé plusieurs par le passé d’une autre marque. Cette Fashion Lady (c’est son nom) se compose de 17 couleurs. A propos de la marque, Luminlife a été créée en 2013 et a étoffé sa galerie de tableaux en abordant différents thèmes comme les animaux, la nature… La broderie en strass se travaille sur une toile encollée où il suffit d’appliquer le strass correspondant au symbole. Pour m’y retrouver dans l’ordre des couleurs, j’achète des boïtes chez C’2 euros qui font très bien l’affaire. Lorsque je dis que cet achat a été le plus onéreux, c’est parce que le tableau coûte 49 € tout compris.

  

     Je suis également repartie avec tous ces articles de la marque Søstrene Grene. En réalité, c’est une chaîne de magasins qui a été fondée au Danemark. Ce sac était offert à tous les visiteurs. Il contenait donc ces rubans décoratifs ainsi que des formes de pomme de pin ou d’ananas (tout dépend comment on les regarde) pour un total de 13,21 €. J’ai additionné tous les prix figurant sur les étiquettes des articles.

      J’ai vraiment passé un super moment à Créativa comme toujours. C’est le salon assez proche de chez moi qui me permet de dépenser quelques sous sans être bloquée par les frais de port. Maintenant, il ne me reste plus qu’à réaliser un beau tableau en strass et à trouver une broderie qui convient au torchon.